Le dernier empereur par Jean Sévillia

Le dernier empereur

Titre de livre: Le dernier empereur

Éditeur: Tempus Perrin

Auteur: Jean Sévillia


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Le dernier empereur.pdf - 35,903 KB/Sec

Mirror [#1]: Le dernier empereur.pdf - 50,128 KB/Sec

Mirror [#2]: Le dernier empereur.pdf - 50,445 KB/Sec

Jean Sévillia avec Le dernier empereur

Livres connexes


Le règne fulgurant et tragique de l'Archiduc Charles qui tenta de sortir son pays de la Première Guerre mondiale, de le démocratiser politiquement et qui au milieu des épreuves et de l'exil sut conserver intacte sa foi en l'homme et en Dieu.






Vienne, 1916 : l'empereur François-Joseph meurt après soixante-huit ans de règne. Son successeur est son petit-neveu, titré Charles Ier en Autriche et Charles IV en Hongrie. Âgé de 29 ans, accédant au trône en pleine guerre, le nouveau souverain possède un programme : la paix, les réformes, notamment sociales. En 1918, la guerre est perdue, la Double Monarchie se disloque et Charles Ier doit quitter le pouvoir. Réfugiée en Suisse, la famille impériale est ensuite reléguée à Madère. Sans ressources, elle y fait l'épreuve du dénuement. Le 1er avril 1922, le dernier empereur meurt de maladie, à l'âge de 34 ans. L'impératrice Zita, sa femme, attend alors son huitième enfant.
Esprit généreux et sincère, béatifié par Jean-Paul II en 2004, Charles d'Autriche sut, au milieu des épreuves et de l'exil, conserver intacte sa foi en l'homme et en Dieu.



Jean Sévillia a publié chez Perrin des essais remarqués : Le terrorisme intellectuel, Historiquement correct, Moralement correct, et Zita, impératrice courage.





Presse:



" Il faut se précipiter sur ce livre, plus de 300 pages exaltantes et traversées d'élans du cœur qui nous emportent au-delà des mots. "
Jean Raspail, Le Figaro Magazine



" Cette biographie magistrale de Jean Sévillia restaure avec bonheur l'image et les mérites d'un homme fidèle jusqu'à sa mort (en 1922, âgé de 34 ans) à sa foi, à sa famille, à ses peuples (autrichien, hongrois, croate, ruthène, tchèque, etc.). Son courage politique durant la guerre devait être salué, le chemin de croix que furent son exil et sa maladie, rappelé. C'est fait, et bien fait. "

Le Figaro Magazine, 11 Février 12